Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 08:40

Du foot !? Encore du foot, sérieusement ? Écoutez, je suis un passionné et je ne peux m'en empêcher, plus je chasse le naturel, plus je varie, plus ma fidélité me renvoie à mon premier amour, et j'y reviens toujours. Toujours, même hier matin, pour un 5 contre 5 courageux face à la pluie, au vent, au manque de sommeil, à la fraîcheur dominicale et à l'équipe des dossards jaunes. La courte défaite m'a faite grincer des dents pendant quelques minutes mais après avoir récupéré les plots et démonté les cages, nous nous sommes souhaité une bonne semaine en se tapant dans la main droite.

Plus tard, après avoir tapé les crampons contre le mur, on discute du match du jour, parce que le weekend d'un passionné ne se laisse pas au hasard, on analyse, on pronostique, on s'organise. Vendredi soir, on a ignoré la ligue 2 pour passer du temps avec ses proches - samedi, dés la fin du brunch, on est passé aux championnats étrangers grâce à son site préféré ; sinon, on s'est invité chez l'ami qui a un décodeur (également connu sous le nom de "meilleur pote") puis démarré la voiture.

Sur le chemin, au feu vert, on a les yeux dans le vide car RMC vient d'annoncer un but, et pendant que le conducteur de derrière s'impatiente, on a entendu le nom du stade concerné mais pas encore celui du buteur ou de son équipe - l'histoire nous expliquera ensuite que Bastos a frappé trois fois, Bonal étant le nom du stade.

Une fois la journée de Ligue 1 terminée, on a chambré quelques connaissances par SMS et on s'est retrouvé dans le coin d'un bar puis d'une boite de nuit, un verre et ses glaçons entre les doigts. Après avoir fait une remarque sur le décolleté de la jeune brune qui vient de passer, on vante désormais les talents de notre buteur préféré, en parlant plus fort que la musique, face à un interlocuteur qui hoche la tête. Quelques heures sur le terrain, quelques heures devant l'écran, puis quelques heures de débats sur le positionnement d'un joueur ou la légitimité d'un transfert en attendant Monday, c'est réellement ça le weekend d'un passionné, apparemment pas celui d'un journaliste de France Télévision.

Permettez moi de souligner la nullité de France Télévision en matière de football. Les commentateurs sont en ligne de mire ; effectivement, Xavier Gravelaine, Fabien Leveque et Daniel Lauclair ne forment pas un casting rêvé, que ce soit au niveau des tentatives d'humour ou de la retranscription de ce qui se déroule sur le terrain. Certes, ils ne sont pas aidés par les effets visuels à vomir ou par l'absence d'actions au ralenti mais ils pourraient au moins regarder Canal + de temps à autres pour reconnaître les quelques joueurs qui participent à la coupe de la ligue, ou du moins, apprendre à prononcer leurs noms. A ceux qui dénigrent l'intérêt de la coupe de la ligue, je leur objecte que le jeu y est souvent mieux qu'en Ligue 1, mais que la compétition est discréditée par les détenteurs de leurs droits audiovisuels. Ainsi, au soir du match sur France 3, à la deuxième anecdote erronée que j'entends (je leur cède toujours un joker), j'appuie sur la touche 'mute', je me contente de l'image et je me débrouille pour allumer un transistor. Take that!

J'ai été gâté par l'école Canal + me direz-vous. Je ne peux que louer la qualité de leur réalisation, la multitude de leurs statistiques et le talent de leur équipe des sports mais j'ai surtout des années de carrière de téléspectateur derrière moi, j'ai suivi des centaines de compétitions dans une dizaine de pays différents. La chaîne de télévision numéro quatre, celle qui a gagné de multiples prix pour ses émissions sportives ne détient pas non plus la vérité universelle, n'oublions pas qu'elle emploie Christophe Dugarry, ex-joueur à la partialité omniprésente et dont l'aveuglement égale parfois celui de Guy Roux. L'esprit Canal, mené par Paganelli, Jean-Charles Sabatier ou encore Grégoire Margotton, on s'est pris au jeu, avec les années, et même si le spectacle y est très agréable, on tombe souvent dans des tirades dithyrambiques et un peu prévisibles. Là, je viens d'égratigner canal +, la seule chaîne française qui a œuvré dans le sens du football en l'intellectualisant et vous allez me prendre pour un gros aigri dégueulasse. Je résumerai donc en disant que télévision et football sont indissociables mais qu'il est bon de prendre du recul et de toucher à tous les média sportifs afin de ne pas se trouver lobotomisé par la pensée unique, souvent de mise par soif d'audimat, manque de temps ou paresse intellectuelle.

L'intellectualisme parisien appliqué au football, c'est bien. Mais je vous pose la question suivante: Où est rendu le fun? Où peut-on débattre de football avec classe, intelligence et humour à la fois? Estelle Denis a réussi la prouesse d'atteindre cet équilibre lors des premières saisons de feu '100% Foot' grâce à des invités sélectionnés avec pragmatisme. Mais c'est dans la presse écrite qu'on retrouve un ton est une véracité dignes des passionnés avec l'éclosion du mensuel 'So Foot' ces dernières années, il traite des sujets les plus intéressants de la manière la plus pragmatique.

Ses lecteurs ont maintenant entre les mains une mine d'informations, d'anecdotes et de critiques (il en faut bien) sur un monde du ballon rond aussi complexe que superficiel. Grâce à des témoignages d'illustres cinéastes et musiciens, il est une alternative parfaite aux magazines et journaux plus conventionnels et est devenu un objet culturel unique, car en direct de la société et de son époque.

Suite à quelques années de gestation, So Foot a donné naissance à un génie de la phrase choc et de la mauvaise foi. Mark the Ugly (Marc le mauvais) était attendu comme le(o) Messie par toute une génération d'amateurs de football, agacés par le corporatisme ambiant décrit quelques lignes plus haut. Chaque vendredi, il poste, sur le site du mensuel, une vidéo au ton décalé dans laquelle il dissèque l'actualité hebdomadaire en n'épargnant personne. Face au marasme actuel, l'ovni qu'est Mark remplit enfin le quota du créneau humour/foot si présent dans les bistrots et les salons de France. Moi qui me foutait de la gueule des attaquants de l'olympique de Marseille depuis l'âge de 7 ans, comme des millions d'autres initiés, je suis enfin représenté dans le paysage audiovisuel footballistique...

Un franc sarcasme et une arrogance souvent gratuits sont la marque de fabrique de l'animal, un contre-pied parfait à la Jean-Michel Larquéisation du football qui nous laisse espérer une décennie moins hypocrite. Mark the Ugly réinvente l'humour dans le football grâce à des jeux de mots faciles et des papiers peints absurdes. "Quoi? t'aimes pas le beau jeu? Tant pis pour toi, pour moi c'est une passion, un way of life."

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Z'infomanes - dans Chroniques arrêtées
commenter cet article

commentaires