Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 20:58
Pour remonter aux sources de la naissance des religions, il nous faut comprendre les raisons de ces fondements. La totalité de sa signification nous échappe encore comme phénomène humain mais l'un des premiers élément de réponse serait le besoin de l'homme d'expliquer le monde pour y trouver sa place afin de l'appréhender avec plus de confiance.

Les rêves sont interprétés par les premières sociétés comme des apparitions du divin, un moyen qu'il a de communiquer avec nous ; il semblerait être également associé au refus de la mort de l'âme entraînant nombres de rites et de cultes des ancêtres participant à l'élaboration de mythes fondateurs aux sociétés et jouant un rôle décisif dans l'élaboration des premières formes d'organisations sociales entre les individus d'une même communauté.

Deux thèses importantes sur l'origine des religions émergent à la fin du XIXème siècle avec le naturisme (rèf: M.Müller), qui veut que les noms des divinités soient en rapport avec les phénomènes naturels vus comme des entités à part entière et personnifiées comme le soleil, le vent..., on parle ici de divination des phénomènes naturels, et l'animisme (rèf: E.Taylor) trouvant l'explication de l'existence de l'âme, dans le fait d'une duplication du sujet,du monde, du temps et de l'espace au cours de l'expérience du rêve et, survivant après la mort, insitant à penser toute chose vivante de la nature comme possédant une âme et à contrôler les forces cosmiques pour mieux élaborer une destinée à l'humanité. 
totem-1.jpg     totem-2-copie-1.jpg 
C'est au travers de totems que les forces naturelles sont personnifiées pour construire des systèmes de représentations communs à un ensemble d'individus, devenant des référents dans l'imaginaire collectif d'une société sur lesquels seront établis divers cultes et rites permettant les grands rassemblements en dehors des périodes de chasse et de ceuillette nécéssaires à la survie des premiers peuples ; ces rites sont au fondement de la solidarité, faire et croire ensemble à quelque chose unit les êtres humains (on pourrait même dire les hommes car dans de nombreuses sociétés les femmes sont exclues des participations décisionnaires du groupe, cantonnées dans la sphère reproductive et familiale, car le religieux entraine des situations de domination et de pouvoir). 

Ce qui semble le plus important à comprendre dans la création des premières formes de croyance, c'est la cohésion sociale qui en découle, pour Durkheim la société se fonde plus sur l'idée qu'elle se fait d'elle-même  et comme puissance morale supérieure à la masse d'individus qui la composent.
La religion semble née d'une volonté de compréhension du monde et de se qui échappe à l'homme mais participe au fondement d'une appartenance collective, à la création d'une communauté émotionnelle, élaborant des valeurs et des normes communes, mais entraînant inévitablement une différence avec l'autre. 

Parfois, et l'histoire nous l'apprend, il serait pertinent d'objectiver nos croyances, souvent intériorisées comme des normes non discutables, de toutes formes, qu'elles soient religieuses ou politiques, pour comprendre notre participation au monde et entrevoir autrement la destinée de l'humanité afin de permettre à la société d'entrevoir une autre conscience d'elle même et de ses diversités, parce qu'une croyance ne peut pas expliquer un monde commun, un ordre social ne peut pas correspondre à l'ensemble des individus, d'autant plus qu'aujourd'hui les croyances ne sont plus fondées sur une divination de la nature alors que nous partageons bel et bien la même terre.

Delphine 

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Z'infomanes - dans Sociologie par Delphine
commenter cet article

commentaires