Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 23:43


 

Cette année,  la rubrique Cinéma s’articulera autour d’une brève interview d’acteurs, réalisateurs ou de producteurs. Pour bien commencer la rentrée, Alysson Paradis a eu la gentillesse de répondre à une interview express pour les Z’infomanes.

 

 

24098 420350058153 554133153 5165736 289232 n

Crédit Photo : Régine Mahaut

 

Joris : Alysson, à quel moment vous êtes-vous dit : « Je veux être comédienne » ?

 

Alysson :  Ça a toujours été une évidence, il n'y a pas eu "un moment".

 

 J :Le grand public fait souvent la différence entre les acteurs de cinéma et les comédiens de théâtre. Le travail est-il le même ? Avez-vous une préférence ?

 

A : Chaque expérience est différente, qu'elle soit au théâtre ou au cinéma. Tout dépend du réalisateur, du metteur en scène, de l'histoire à raconter, du rôle  interpreter. Je n'ai pas de préférence. Je me laisse guider par l'envie.

 

 J : Si on se penche sur votre filmographie, on se rend compte que vous avez participé à des films dits de genre, comme le long-métrage d’horreur « A l’intérieur » de Julien Maury et Alexandre Bustillo, ou des courts : je pense au gore « Survivant(s) » de Vincent Lecrocq  ou aux programmes courts de science-fiction «  Unsafe, » diffusés depuis le 20 septembre dernier sur Ciné CinémaFrisson. Avez-vous une affection particulière pour ce genre de Cinéma, mal-aimé d’un certain public et qui essaie, chaque année, de se faire une place dans le paysage du Cinéma Français ? Les critiques qui reviennent souvent face à ces films disent que les réalisateurs privilégient plus souvent la forme (ambiance, mise en scène, effets…) au détriment du fond (elles pointent souvent du doigt la qualité du scénario) : êtes-vous d’accord avec ce point de vue ?

 

A : Non je n'ai pas d'affection particulière, là encore je me laisse guider par l'envie. On ne peut pas réduire un film à son "genre". Encore une fois tout dépend du film, il y a des comédies ou des drames qui aussi manquent de fond et de profondeur.

 

 J : Cette année, on vous a vu au cinéma dans « Thelma, Louise et Chantal » de Benoît Pétré, qui est sorti d’ailleurs en DVD, ou « Camping 2 », réalisé par Fabien Onteniente.. On sait que les comédies françaises sont légions et appréciées du public, et j’ai trouvé que « Thelma » était une belle réussite, avec un ton particulier, tendre et acide à la fois, et avec une BO incroyable. Pourtant le film, sans être un échec commercial, n’a pas fait 200 000 entrées. Comment vivez-vous la sortie d’un de vos films ? Vous intéressez-vous de près aux chiffres, ou aux critiques ?

 

A : J’essaye de ne pas trop regarder les critiques,de passer a autre chose. Je suis toujours heureuse de m'impliquer dans la sortie d un film, mais je lui laisse " vivre sa vie".

Vous parlez de "Thelma Louise et Chantal", qui a été réalisé par un ami très proche dans ce cas de figure, oui, je me suis intéressé au chiffre et à la sortie.

 

 J : On vous a vu récemment dans un court-métrage, « Le GreenBoy », de Jérôme Genevray où vous apparaissez en méchante sexy et dirty, tout ça, tourné en anglais. On sent le plaisir que vous avez eu à jouer ce personnage mais n’est-ce pas quand même une bande démo déguisée destinée à Christopher Nolan pour obtenir le rôle de Catwoman dans le prochain « Batman » ?

 

A : Evidemment, Christopher devrait la recevoir dans les jours qui arrivent!

 

J : Plus sérieusement, qu’est-ce que vous aimez au Cinéma ? Quel est votre dernier coup de cœur ?

 

A : Je ne peux pas répondre a la question " qu'est ce que vous aimez dans le cinema"  puisque ça ne se résume pas en quelques lignes, il y a tant de choses! Coup de coeur... Basquiat.. parce que j’en suis folle, « The social Network » pour sa maîtrise, sa lumière, ses acteurs...

 

 J : Vous êtes comédienne. Soit. Mais avez-vous l’envie d’écrire ou de réaliser un jour ?

 

A: Oui beaucoup. Mais chaque chose en son temps.

 

J : Pour finir, que peut-on vous souhaiter ?

 

A : Tout...

 

Les choix d’Alysson Paradis :

 

The Social Network de David Fincher.

 

Convient-il encore de présenter ce film ?  Sur un scénario d’Aaron Sorkin, le tout filmé par Fincher, ce film  relate la naissance de Facebook et l’histoire de son créateur Mark Zuckerberg. Les critiques sont dithyrambiques – on a même parlé du nouveau Citizen Kane !-. Le long métrage nous présente Zuckerberg comme un génie de l'informatique, quasi autiste (cf. l'impeccable scène de la course d'avirons dans le film qui illustre le parcours de Mark Zuckerberg), incapable dans ses relations aux autres, et qui a créé le plus important réseau social de ces cinq dernières années.

 

Si vous maîtrisez un peu l’anglais, jetez-vous sur l’interview de Sorkin au Colbert Report pour en savoir plus.

 

                                                           

The Colbert Report Mon - Thurs 11:30pm / 10:30c
Aaron Sorkin
www.colbertnation.com
Colbert Report Full Episodes 2010 Election March to Keep Fear Alive




Quant à Jean-Michel Basquiat, très grand artiste peintre avant-gardiste - et ce qualificatif est évidemment réducteur, un documentaire lui a été consacré, réalisé par son ami Tamra Davis, sorti au début du mois. Courrez-y !  


Et si vous êtes Parisiens, un petit (ou grand) tour du côté du musée d’Art Moderne vous permettra de voir, et donc de mieux comprendre son œuvre.


Jean Michel Basquiat : Jusqu’au 30 janvier 2011 au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris.

11, av. du Président Wilson 75116 Paris           

 

En bonus : Le court-métrage "Le Greenboy et Dirty Girl" de Jérôme Genevray.

 

 

Joris Charpentier

Partager cet article

Repost 0
Published by Les Z'infomanes - dans Chroniques arrêtées
commenter cet article

commentaires